Une saison culturelle à La cuisine

Réconciliation

Réconciliation

Nous connaissons l’enjeux de la relation de La cuisine avec son territoire, ses habitants et c’est bien la demande de la prise en compte du contexte et les questions liées à ’alimentation, la nourriture et la cuisine qui en font sa singularité.

Cette année la question du dérèglement climatique s’est imposée à nous comme elle s’est imposée partout. La nature s’invite sur scène, dans nos débats et nous ne n’avons d’autre choix que de l’accueillir. Cette question peut sembler incongrue, presque hors de propos : à quel titre demander à l’art de jouer un rôle dans une situation qui apparaît d’abord d’ordre politique, économique ou militant ? Et comment penser que l’art puisse avoir une effectivité sur cette crise qui se déploie à de si grandes échelles et recouvre tant d’enjeux différents ? Peut-être que la crise écologique est à comprendre d’abord comme une crise de la sensibilité ; et pour cette raison, l’art peut y jouer un rôle décisif
d’enrichissement et de transformation de notre relation à la nature et au vivant.

Alors aujourd’hui la question se pose de la réconciliation entre nature et culture, comment nous humain, artistes, designers, architectes, habitants, personnes allons-nous reconstruire notre relation au vivant, quelles alliances créer avec, les sols, la terre, les plantes, les arbres, les vivants, les non-humains pour ne plus être dans une relation d’exploitation mais de collaborations et d’échanges ? Quelles fictions pour La cuisine ? La cuisine peut-elle être elle-même un objet de fiction ? Comment le centre d’art et de design, totem de la modernité, peut se réconcilier, avec son l’environnement ?

En 2020, les invitations données aux artistes, aux chercheurs et aux designers aborderont ces questions par le biais du design fiction et de l’alimentation durable.