18, 19 et 20 octobre 2019

Festival Les pierres sauvages #2 « Architecture et matière vivante »

Festival Les pierres sauvages #2 « Architecture et matière vivante »

Horaires d’ouverture des expositions :
Vendredi 17h - 22h
Samedi 10h - 23h
Dimanche 10h - 17h

Lire le programme détaillé


Commissaire invitée : Carine Merlino, architecte et auteure.
Commissariat général, coordination : Karine Marchand, directrice intérimaire, et Marta Jonville, directrice de La cuisine.

Les pierres sauvages est un festival décalé et convivial, qui propose de réfléchir aux enjeux de l’architecture contemporaine dans un site exceptionnel : le château de Nègrepelisse réhabilité par RCR Arquitectes (Prix Pritzker 2017). Pour cette édition #2, le week-end s’articule autour d’un thème proposé par Carine Merlino, commissaire invitée : « Architecture et matière vivante ».

Dans un melting pot d’interactions, artistes, architectes, designers, historiens, associations locales, habitants et visiteurs sont invités à dialoguer pour construire un discours ensemble. Que fait-on de notre terre ? Qu’est-ce qu’une architecture vivante ? Quelle place prend la construction dans notre écosystème terrestre ?

Six types de « matériaux » vivants seront mis à l’honneur : la pierre, la terre, la paille, les matériaux réemployés, le végétal et le champignon qui intéresse particulièrement La cuisine ! Quand tous ces univers se croisent, il est question de regard sur l’environnement, sur notre paysage, de biomimétisme, de recyclage, de jeux et de plaisirs partagés.

Réfléchir à la matière vivante en ces lieux s’offre aux visiteurs comme une aventure à multiples facettes. Architectures éphémères, installations poétiques, expositions-découvertes, conférences tables-rondes, mais aussi performances, ateliers de fabrication et de curiosité, moments de convivialité…


Le festival Les pierres sauvages #2 est développé par La cuisine, centre d’art et de design de Nègrepelisse, en collaboration avec les Amis de La cuisine et avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Occitanie.

Remerciements à Jean-Michel Place, éditeur.



Les installations


La gueule ouverte

Une architecture éphémère avec four artisanal, buvette et espace de conférences-rencontres, en bois, paille et terre, conçue par le collectif Ripaille (formé à l’occasion de ce festival par des architectes de Saint-Antonin-Noble-Val et de Caylus), et réalisé par l’ADIAD (Association départementale pour l’intégration d’adultes en difficulté).

Lieu : cour de La cuisine
Franck Boyer, Fanny Cacaud, Marc Girerd et Samy Marsaud conçoivent et réalisent une architecture contemporaine conviviale à partir de matériaux humbles et locaux. Elle invite à entrer, se rencontrer, s’informer et ripailler ! Depuis l’esplanade, l’installation interpelle le public pour le convier dans la cour à des rencontres et des performances culinaires autour d’une buvette et d’un four de cuisson. La cuisine laissera évoluer la buvette pendant une année comme laboratoire d’une architecture vivante. Production soutenue par le CAUE82, le Rotary et AMO ECO. Buvette animée par l’association Les Amis de La cuisine.


Pelisse

Installation de Nathalie Brevet_Hugues Rochette (artistes), avec la collaboration de Fungus Sapiens.

Lieu : cour de La cuisine
« Une peau. C’est effectivement le premier mot qui nous est venu en découvrant le mycélium. Il y avait cette couleur brune, cette transparence, cette texture souple. Il y avait aussi ces veines inscrites dans ce « tissu » qui soulignait sa dimension vivante et figeait son processus de croissance. C’est très rapidement que nous avons envisagé de travailler avec de larges lés de mycélium, non pas pour envelopper l’espace, mais pour créer une installation rendant compte à la fois de la nature de cette « peau », de l’architecture du site et de l’histoire du lieu. » N. Brevet et H. Rochette


Intrusion

Installation de Chloé Dugit-Gros (artiste) et Maryline Gillois (architecte, scénographe), avec la collaboration de Fungus Sapiens.

Lieu : cour de La cuisine
« Le mycélium nous a rapidement fasciné pour sa capacité à fabriquer de la masse en épousant les moules creux dans lequel il se développe. Cette brique, ainsi constituée à partir de champignon, a l’avantage d’être à la fois légère, résistante, ininflammable et étanche. Nous proposons une forme qui va se confronter à l’architecture du lieu par un jeu d’équilibre pour constituer une sculpture-signal modulable et presque envahissante qui semble pouvoir se faufiler dans l’espace et proposer d’autres déplacements possibles… » C. Dugit-Gros et M. Gillois


La brasserie augmentée

Une structure démontable et extensible d’Eva Sahner, jeune diplômée de l’ENSA Toulouse.

Lieu : esplanade du château
Architecte diplômée en juin 2019, Eva Sahner présente cette structure en bois et son diplôme associé au service d’une brasserie artisanale. Quand l’architecture légère est pensée pour être déployée intelligemment... En partenariat avec l’ENSA de Toulouse.


Grottes de fraîcheur

Une installation de l’association /Parcours/d/architecture/.

Lieu : niches basses du mur de soutènement de l’esplanade du château
/Parcours/d/architecture/ fait un pas de côté en intervenant à l’extérieur du centre d’art, dans les niches d’un mur de soutènement. Le duo Jocelyn Lermé et Didier Sabarros renoue le lien entre minéral et végétal, en faisant dialoguer le centre d’art avec le parc alentour et la rivière en contrebas.
Des plantes sauvages seront prélevées dans le département à la manière des botanistes d’autrefois, et placées dans les cavités du mur. Habitées par ces plantes devenues précieuses, les niches rappelleront les grottes de fraîcheur qui depuis l’Antiquité font le lien entre l’humain et la nature. De là naîtra un espace paysager inattendu, une invitation à se questionner sur la place de l’architecture dans son environnement et son lien avec le territoire.


En jeu autour du château : La réutilisation avec Passion

Des jeux conçus et réalisés par Imke Plinta, urbano-graphiste, avec l’équipe d’IDDEES et ses objets recyclés (une structure d’utilité sociale qui permet l’insertion d’un public en difficultés sociales avec des recycleries).
Lieu : autour et dans le château
Des ateliers participatifs, menés en amont par Imke Plinta au sein d’IDDEES à Caussade, ont permis la création de jeux pour grands et petits basée sur les matériaux trouvés et récupérés dans leur grand hangar. Ces différents jeux, mis à disposition à l’intérieur et autour de La cuisine, permettent au public de découvrir comment le design peut être un formidable outil pour la revalorisation des matières. Humour et dérision sont au rendez-vous !
En accès libre pendant toute la durée du festival
+ samedi de 14h à 16h : Atelier tressage tipi, dans la cour
+ dimanche de 10h à 12h : Atelier serre en bouteilles plastiques


Les expositions


Après la terre
Une ballade d’architecture contemporaine en Tarn-et-Garonne


Exposition issue d’un nouveau guide édité par la Maison de l’Architecture d’Occitanie-Pyrénées.
Lieu : salle d’exposition de La cuisine
Cette exposition coproduite par la Maison de l’Architecture d’Occitanie Pyrénées et La cuisine, centre d’art et de design, est conçue et scénographiée par Rovo comme un extrait du nouveau guide adapté à la thématique du festival. « Il est question d’un paysage essentiellement marqué par les activités agricoles et logistiques, où la terre, crue ou cuite, fut longtemps le matériau premier de construction. Le département offre aujourd’hui un riche patrimoine moderne où l’usage du béton domine sous de multiples formes ». Photographies de Yohann Gozard.

Inauguration, vernissage et présentation du guide par les auteurs : Apa (Annabelle Adroit et Clémentine Pujol-Soulet), Florent Dangas et Rovo (Gaëlle Sandré et Sébastien Dégeilh). : vendredi à 19h L’exposition est prolongée jusqu’au 9 novembre 2019 à La cuisine.


La ferme Laboratoire : mycélium, symbiotique et bio-design

Fungus sapiens présente son laboratoire et cabinet de curiosité.
Lieu : donjon du château
L’art symbiotique de Fungus Sapiens s’inscrit dans une démarche pionnière qui contribue à préserver notre environnement en tentant de limiter le caractère irréversible de l’empreinte humaine. « C’est un écosystème agro-biotechnologique en économie circulaire, sociale et solidaire. Un hybride entre une ferme champignonnière et un laboratoire de recherche biomimétique. Un modèle pionnier, inspiré par la nature pour transformer les déchets en valeur et apporter des solutions innovantes. » Les pièces présentées sont les fruits de recherches sensibles. Elles proposent des solutions à la fois durables et tangibles en termes de responsabilités et d’impact sur le design, l’architecture voire plus largement sur la vie quotidienne.


Expositions / restitutions d’ateliers


Le réemploi et Le Paysage

Par les élèves de 5e du collège Fragonard, encadrés par Marie-Lise Léporati, enseignante Arts plastiques et Martine Soula, enseignante Technologie. Pièce sonore réalisée par Sarah Turquety (poétesse) et Hugo Crouzet (radio association).

Lieu : tour des livres
Cette exposition à la fois visuelle et sonore, restitue un mois et demi d’ateliers menés dans le cadre du programme scolaire du collège Fragonard de Nègrepelisse. Partant du thème de l’habitat collectif, pensé à partir de conteneurs recyclés, les adolescents nous livrent leur regard sur la société actuelle avec un message pour le futur.


Des maisons vivantes !

Par les élèves de l’école élémentaire Les Platanes (Nègrepelisse), encadré par Sandra Gaspard du CAUE82.

Lieu : salle d’ateliers
Sandra Gaspard, architecte, a proposé à quatre classes de travailler à partir de la référence de « la maison qui pousse » de l’artiste américain Charles Simonds où l’acte de bâtir, la croissance du végétal, l’abri et la nourriture ne font plus qu’un. Toutes leurs maquettes-sculptures seront exposées !


Lire le programme détaillé


Partenaire mécène

AMO ECO, Atelier Art Et Bois, Capson, Chevilley Cm, C&T Décors, JP Castel, Menuiserie Albigeoise, Sarl Borderies, Sas Jacky Massoutier Et Fils, Tignol Béton & Tout Faire Matériaux, Rotary.


Les partenaires média

CFM Radio
Le Patrimoine d’Occitanie
Point contemporain
Radio Association